COVID 19 : Accélérateur des risques

Comme toutes les pandémies que l’Humanité a connu, les conséquences de la COVID 19 ne sont pas que purement sanitaires. Son impact n’est pas limité à un taux de mortalité ou de pression sur le système de santé. Ses conséquences peuvent en réalité être si profondes qu’on ne les découvrira qu’après des siècles lors d’études d’historiens sur l’évolution des moeurs par exemple.


Pour illustrer mon propos je ne prendrai qu’un exemple célèbre : la peste noire. Les conséquences de celle-ci sont nombreuses et pour beaucoup évidentes, mais l’une d’entre elles semble nous échapper quand on y repense : la fin de l’esprit de Charité chrétienne. En effet, la famine et les horreurs de la peste ont encouragé les gens à se protéger eux-mêmes d’abord, et de ne plus rien donner aux autres. Le résultat en fut l’enrichissement extraordinaire des siècles suivants pour certains individus, ce qui fut la base de la Renaissance et du Capitalisme.


Alors quelles seront les conséquences imprévues du COVID 19 ? Personne ne le saura avant longtemps. Mais une chose me paraît claire : la COVID 19 a pour effet immédiat d’accélerer les problèmes déjà en gestation. Je peux citer parmi eux la prolifération des théories de conspiration, la radicalisation des idées politiques ou encore le fanatisme religieux et l’affaiblissement de la prospérité et des démocraties libérales.


Tous ces problèmes étaient déjà prévisibles et je compte en traiter bientôt de façon plus poussée (je compte d’ailleurs reprendre la chronique célèbre de mon blog précedent intitulée “XXI” pour ceux qui s’en souviennent). Mais ce qui m’a frappé avec la pandémie actuelle c’est que ces graves problèmes auxquels je m’attendait pour les années 30 ou 40 sont là aujourd’hui en ce début de décennie.


En ce sens la COVID 19 a joué le rôle d’un boost à la nitroglycérine pour des problèmes pour lesquels nous aurions eu du temps si ce n’était l’explosion de la pandémie. Il nous faut donc se mobiliser au plus vite.


La pandémie a excité les esprits et a creusé encore plus les inégalités tout en détruisant la croissance ou encore l’esprit de confiance. La défiance face à l’ordre actuel, aussi fondée soit elle, risque de détruire l’édifice non pas pour bâtir mieux, mais pour mettre fin à l’expérience civilisationnelle moderne. Pensez-y, lors de la Révolution française, les idées des lumières furent sauvagement écrasées par le fanatisme, la démagogie et les massacres quand la situation est devenue intenable et que la rage a pris le pas.


Ne voyez-vous pas que c’est ce qui se prépare maintenant ? La montée de l'autoritarisme, le fanatisme religieux, les idées extrêmes sont de retour depuis le début du siècle mais aujourd’hui elles sont renforcées et le centre ne tient plus. Les conséquences peuvent en être absolument catastrophiques.


Je ne sais pas s’il est possible d’arrêter la vague qui se lève. Mais j’en suis venu à la conclusion qu’il n’est plus possible d’attendre et d’espérer. Il faut désormais s’engager et bâtir. Comme pour l’article précédent, la COVID 19 nous oblige à nous changer mais aussi à réagir là où nous étions passifs. Celui qui est prévenu n’a pas d’excuses.


1984 de George Orwell doit rester une fiction, et ne pas devenir un programme !


28 vues0 commentaire

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

© 2020 par Le Tribun. Créé avec Wix.com