Pour une Nouvelle Russie : L'Impasse de l'Impérialisme



Pendant des siècles, les anglais ont cherché à augmenter leur pouvoir et leur prestige par la conquête de territoires sur le continent européen. Pendant tout ce temps ils ne furent qu’une puissance de second rang dans le grand théâtre des Nations européennes. Le destin européen était décidé par l’Espagne, la France et l’Allemagne (le Saint-Empire). L’Angleterre n’était qu’un figurant. Et pourtant les anglais continuaient à buter sur une idée fixe qui leur empêchait tout progrès : rétablir l’empire angevin d’antan …


Puis survint un événement clef : Lord Cobham créa un club de réflexion qu’on nommera plus tard le “Cobham’s cubs” (les chiots de Cobham). Ces seigneurs anglais, parmi lesquels se trouvera le célèbre William Pitt, déterminèrent que le destin anglais ne se trouvait pas sur le continent. Car ils avaient compris une chose simple : l’Angleterre n’a pas les atouts d’une puissance continentale … mais celle d’une puissance maritime.


Avec un petit territoire assez pauvre en ressources, avec une population faible et des moyens assez limités, l’Angleterre ne pourrait jamais rivaliser avec la puissance française, si forte de son agriculture, sa population et ses richesses. C’était cause perdue. Mais l’Angleterre était bien défendue grâce à sa géographie (il faut traverser la Manche pour conquérir l’Angleterre) et pouvait se vanter d’être une forteresse imprenable vu que c’est une île. De plus cet état de fait plaçait l’Angleterre dans une superbe position : elle pouvait construire pour sa sécurité une superbe marine qui pouvait amener la puissance anglaise où elle le voulait.


Une fois que les Cobham’s cubs ont pris le pouvoir, ils ont réussi à réorienter la politique étrangère anglaise dans cette direction. Et en moins de 100 ans, le Royaume-Uni devint la première puissance mondiale. L’Angleterre s’était enrichie comme jamais via ses nombreuses colonies, elle disposaient de finances sans fin et une puissance de frappe sans pareille.


C’était si simple … Il suffisait seulement de comprendre ce qui empêchait l’Angleterre d’avancer et de comprendre quels étaient ses véritables avantages. Ainsi la création de l’Empire Britannique a demandé l’abandon de l’Empire continental.


La Russie doit aujourd’hui réaliser le même exploit. Elle doit abandonner ses ambitions impérialistes ruineuses pour se reconstruire sur un nouveau modèle qui lui sera plus favorable. Je vais donc expliquer dans cet article en quoi l’impérialisme russe nous affaiblit tant et nous étudierons bientôt quelle doit être la nouvelle conception de la géopolitique russe.


L’impasse de l’Impérialisme


L’Impérialisme, c’est cette volonté d’un pays de dominer d’autres Nations. Dans l’Histoire on peut citer bien sûr les Empires romains ou perses, mais il ne faut pas oublier non plus les Empires coloniaux comme l’Empire Colonial français ou britannique. A chaque fois la démarche fut de soumettre un État plus faible pour s’accaparer ses ressources tout en montrant à sa propre population que notre Empire est fort et apporte la civilisation à des peuples moins développés.


Ainsi le XIXème siècle a été un siècle de paradoxes … Beaucoup de pays cherchaient à devenir des Empires pour en obtenir le prestige (comme par exemple l’Empire Allemand), alors que d’autres Etats cherchaient par tous moyens à se libérer du joug de leur oppresseur (par exemple l’Empire Ottoman et la Bulgarie, la Serbie, etc …). Le XXème siècle quant à lui à laissé place à des Empires idéologiques … On parla de “Monde Libre” opposé à l’Axe ou encore au monde socialiste.


La Russie d’aujourd’hui, et a fortiori les russes, ont cette nostalgie du Grand Empire russe. De cette époque où la Russie était crainte, respectée et civilisatrice. Quand on regarde de plus près on se rend vite compte qu’il s’agit plus de mythes et de légendes plutôt que de réalités (il suffit de penser à comment la fraternité des peuples socialistes a été maintenue par la force des armes à Budapest ou ç Prague pour se rendre compte que les idéaux n’étaient là que pour légitimer la force brute). Mais toutefois les russes ont ce profond sentiment que quelque chose leur a été pris, qu’on leur a refusé leur place dans le monde.


Et je le dis en connaissance de cause, car je le pense également : la Russie n’a toujours pas atteint son véritable potentiel. La Russie est destinée à être grande, je n’en ai aucun doute.


Mais voilà où se trouve la différence entre les citoyens de la Nouvelle Russie et ceux qui soutiennent encore le pouvoir en place : nous ne voulons plus de solutions faciles pour atteindre l’excellence. Nous savons, de part nos expériences personnelles, que le respect ça se mérite, la fortune ça se gagne et le prestige ça s’achève. Il faut travailler, et beaucoup pour atteindre ses objectifs.


Mais non. Les russes tombent toujours dans le même piège : quelqu’un les convainc qu’ils sont déjà grands (donc il n’y a pas d’efforts à faire pour s’améliorer) et qu’il suffit de prendre ce qu’ils veulent parce que on le leur doit (donc il n’y a pas à respecter autrui, il faut juste voler et violenter). Et pourtant on le sait, les solutions de facilité n’amènent jamais à rien de bon. Pour donner une image, c’est un peu comme si quelqu’un voulait devenir riche mais ne voulant pas faire d’études longues et coûteuses et il préfère voler la voiture du voisin. Sauf qu’ensuite il termine en prison … Voilà ce que le peuple russe continue de faire sans s’arrêter depuis presque 200 ans maintenant.


Si un fait un bilan : la Russie a voulu dominer le monde slave et à “libérer Constantinople” en 1914 et a eu pour résultat la chute du Tsarisme, la Guerre Civile, la Famine et la Révolution. Ensuite elle a voulu dominer le monde et à promouvoir la Révolution partout sur le globe pour minablement s'effondrer dans un crash économique catastrophique et dans la dislocation de son Empire en 15 États. Et maintenant la Russie veut à nouveau “créer un monde multipolaire avec sa zone d’influence et ses valeurs traditionnelles” par la Guerre, le mensonge et l’usage de la force ? Comment disait Nietzsche déjà ? “Qu’est-ce que la folie ? Répéter la même chose et espérer un résultat différent”.


Et d’ailleurs, pourquoi est-ce que ça marcherait ? Si la seconde puissance économique mondiale, forte d’une population de 300 millions d’habitants et d’une technologie avancée (l’URSS) n’a pas pu l’emporter contre le monde entier, pourquoi la Russie d’aujourd’hui, 10ème (à peine …) puissance économique mondiale avec 140 millions d’habitants et une technologie à peine suffisante y arriverai-t-elle aujourd’hui ?


Mais il y a un autre aspect à comprendre dans la problématique actuelle … Le fait que les ambitions impérialistes de la Russie n’ont jamais été son réel objectif mais seulement son mode de pouvoir. L’élite russe se fiche éperdument de créer un Empire ou de dominer le monde. Ce qu’elle fait, c’est dire à sa population qu’elle le fait pour rester au pouvoir. Il ne s’agit donc pas de réellement rendre la Russie Grande, il s’agit seulement de faire semblant de faire quelque chose dans ce sens pour rester riches et voler le pays (et si des enfants ukrainiens meurent pour rien, c’est le coût à payer pour garder son yacht et son palais).


C’est un piège d’une terrifiante efficacité … S’il suffit de dire à l’américain qu’il est libre, au français qu’il est cultivé et à l’italien qu’il a tout inventé, il suffit de dire au russe qu’il est grand et qu’il se bat contre le monde entier pour sa gloire pour le duper … L’opium du peuple … Et l’opium du peuple russe c’est de lui faire miroiter ses ambitions jamais assouvies.


Car au fond, le peuple russe sait que quelque chose cloche. Que cela fait cent ans qu’on lui ment. Avant c’était “une Victoire pour le Tsar et on sera tous puissants et respectés”, puis ce fut “La Révolution prolétaire nous donnera à tous des palais”, puis ce fut “En 1980 nous vivrons tous dans le Communisme” pour nous dire aujourd’hui “Tenons encore 10 ans de plus et nous dominerons le monde”. Et à chaque fois le peuple russe tombe pour ses fausses promesses et perd encore de son temps, de son sang et de sa vie. Toujours plus de gâchis. Mais eux au sommet, ils vivent bien au moins.


Et à chaque fois on nous parle d’un Occident décadent, qui a perdu sa spiritualité, ou qui est englué dans l’oligarchie et le vol, qui ne se développe plus … Ce n’est pas que l’Occident n’a pas de problèmes à régler et de sacrés défauts à adresser, mais ça fait quand même cent ans qu’on nous promet son effondrement prochain alors que c’est la Russie qui s'effondre à chaque fois. Pendant que l’Occident “se décompose” la Russie a déjà vu trois de ses rêves brisés, sa puissance spoliée et sa population ravagée …


J’ai presque envie de dire “N’en avez vous pas marre ?” A chaque fois vous dites “On nous a menti mais maintenant on a compris on ne retombera pas dans la piège !”. Puis on vous modifie le piège par ci par là, on change les couleurs, on change la chanson, et le piège fonctionne à nouveau !


Il faut changer de trajectoire et urgemment pour la Russie. Car le chemin de l’Impérialisme mène à l’échec. Et voici quelques exemples concrets tirés de l’Histoire :


Allemagne


A sa naissance (en 1871), l’Empire Allemand est le plus grand pays en Europe occidentale, également très industrialisé et muni d’une forte armée, il peut largement prétendre être l’égal des Empires français et britanniques. Seulement voilà, son Empire colonial en Afrique est très petit. Alors l’Allemagne développe une jalousie vis-à-vis des français et des anglais (et même des russes et américains d’ailleurs). L’Allemagne veut prouver au monde entier qu’elle aussi est une Grande Puissance et saute sur l’occasion de la Première Guerre Mondiale pour le prouver (il y a bien sûr d’autres raisons à l’engagement allemand dans cette Guerre mais l’essentiel est là : vaincre l’Entente pour dicter des conditions allemandes à la Victoire). Le résultat : effondrement de l’Empire allemand, réparations, traité de Versailles …


Alors à ce moment naît une plus grande haine au sein du peuple allemand. Bercé dans l’illusion du supposé “coup dans le dos” des juifs, l’Allemagne considère qu’on lui a volé sa victoire et sa place dans le monde et qu’on l’a humilié. Elle veut se venger et détruire l’Occident et l’Est communiste. Elle commence alors la Seconde Guerre Mondiale et se bat contre tout le monde presque seule. Résultat :


  • Perte d’une grande partie du territoire

  • Division en deux Allemagnes pour 45 ans

  • Occupation militaire par des armées étrangères

  • Désarmement

  • Humiliation sur des générations

  • Une économie complètement ravagée et détruite (dans certaines régions retour à la charrue et au puit sans électricité)


Ce n’est qu’après plus d’un demi-siècle d’humiliation, de pardon, de restructuration de l’économie et de mise en place d’un nouveau modèle politique que l’Allemagne revient sur le devant de la scène et … atteint les objectifs qu’elle s’était fixée. L’Allemagne est désormais la puissance économique incontournable en Europe, elle est sur le point de se réarmer et elle dicte sa volonté au monde.


Comme quoi, il suffisait d’abandonner l’Impérialisme et la conquête militaire pour y arriver …


Japon


Dans les années 1850 le Japon est horrifié. Les américains l’ont forcé à signer des traités commerciaux déséquilibrés et à ouvrir ses frontières. Il a peur de subir le même sort que la Chine voisine (être dépecée et humiliée). Après une longue réforme interne et une Guerre Civile, l’Empire japonais voit le jour.


Son ambition : dominer l’Asie et ne pas se soumettre à l’Occident. Se sentant humiliés, le Japon va créer un mythe de la supériorité des nippons sur les autres peuples et sur le fait qu’on les a maintenus à genoux de peur de les voir dominer le monde.


S’ensuivent les Guerre Sino-japonaises et Mondiales. Pendant ses Guerres les japonais commettent des atrocités sans nom (massacre de Nankin, expériences sur les être humains, famines, etc …), détruit sa propre démocratie naissante et s’engage dans un conflit qu’elle ne peut gagner contre un géant : les Etats-Unis. A coup de propagande et de mensonge, la junte japonaise cherche à cacher la vérité au peuple sur ses propres exactions et sur les échecs militaires sur tous les fronts.


Ainsi le japonais lambda est persuadé qu’il gagne la Guerre et que le soldat japonais est un modèle d’Humanité qui apporte la paix et le salut aux populations asiatiques exploitées par les occidentaux. Résultat :


  • Perte d’une partie du territoire

  • Occupation militaire par une armée étrangère

  • Désarmement

  • Humiliation sur des générations

  • Une économie complètement ravagée et détruite

  • Usage de la bombe atomique sur son territoire


Ce n’est qu’après plus d’un demi-siècle d’humiliation, de pardon, de restructuration de l’économie et de mise en place d’un nouveau modèle politique que le Japon revient sur le devant de la scène et … atteint les objectifs qu’il s’était fixés. Le Japon est désormais une des puissances économiques incontournables en Asie, il est sur le point de se réarmer et elle dicte sa volonté au monde.


Comme quoi, il suffisait d’abandonner l’Impérialisme et la conquête militaire pour y arriver …


La spécificité de la situation actuelle

Bien sûr le souci c’est que ces histoires de réussite sont intervenues après des capitulations militaires et des réformes forcées de l’extérieur par les alliés vainqueurs de la Guerre. Ce schéma n’est pas applicable à la Russie dans le sens où personne n'occupera Moscou et la conquête de la Russie est impossible du fait de l’arsenal nucléaire de la Russie. Et il est triste de constater que l'Allemagne et le Japon ont réussi leur réorientation stratégique non pas suite à une Révolution mais par le biais d’une occupation.


Mais la conclusion demeure : l'impérialisme a pour effet de détruire la puissance du pays, et non pas la renforcer. Tout Etat qui a renoncé à l’impérialisme a réussi là où l’usage de l'impérialisme a échoué à atteindre ses buts de grandeur.


La Russie peut faire la même chose, mais elle ne le peut que par le biais d’une Révolution et donc par une remise en question profonde de ce qu’elle est et où elle va. Et pour l’instant elle va à un nouvel échec cuisant et peut être même fatal. C’est pour cela que je vais désormais expliquer ce qui doit être fait.


9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout