Pour une Nouvelle Russie : Soyez Prêts



Pourquoi est-ce que le peuple russe ne se révolte pas ? Tel est la question que se posent beaucoup de gens (surtout ceux qui vivent à l’extérieur de la Russie). Comment est-ce possible qu’un peuple tolère aussi longtemps un tel Gouvernement qui amène le pays à l’abîme ? Pourquoi est-ce que les gens ne comprennent pas que leur puissance est dans leur nombre et que rien ne peut les arrêter ?


Les raisons sont nombreuses. Parmi elles, les plus importantes me semblent être le contrôle de l’Etat sur les médias et la répression. Il faut donc comprendre que pendant qu’une grande partie de la population ne comprends pas ce qu’il se passe (parce qu’ils n’ont pas accès à d’autres sources d’information que celles loyales à l’Etat), l’autre partie de la population est tétanisée devant la violence des répressions. Il est donc de fait impossible pour les russes de se rebeller … pour l’instant.


Le contexte n’est pas encore propice à l'effondrement du régime. Et il ne faut pas juger trop sévèrement les russes … Premièrement il faut comprendre la violence à laquelle ils font face (violence policière, disparitions et emprisonnement ne serait-ce que pour l’usage d’un seul mot). Et il faut, deuxièmement, comprendre qu’ils sont avant tout humains. Trouvez-vous facile d’encourager les gens dans votre pays (quel qu’il soit) qu’il faut agir pour le droit des femmes ? Pour lutter contre le réchauffement climatique ? Pour agir contre la prolifération des armes ? L’être humain calcule toujours son risque et son bénéfice personnel. Le résultat en ce début de XXIème siècle est que plus personne ne veut prendre ses responsabilités de peur d’en payer les conséquences … seul. La notion d’action solidaire a été profondément atteinte.


Le russe lambda aujourd’hui (tout comme n’importe quelle autre nationalité faisant face à d’autres questions politiques tout aussi aiguës) tient le raisonnement suivant : Je ne suis pas responsable de ce qu’il se passe et je ne vois pas pourquoi je devrais seul risquer la prison. Toute opposition est inutile.


Mais tout cela peut changer. Il faut pour cela quelques événements :


  • D’abord il faut que la propagande commence à se détruire toute seule. C’est déjà partiellement le cas car en Russie la propagande commence à perdre de vue un message unifié. A la télévision russe les attaques se multiplient contre les généraux, contre l’organisation militaire, etc … Et les contradictions de la propagande ont déjà donné leurs fruits vu que de plus en plus de russes commencent à se rendre compte de ce qu’il se passe vraiment et à rejoindre nos rangs.

  • Ensuite il faut que le contexte global change pour que chacun ressente sur lui le poids de ce qu’il se passe. Les sanctions économiques, la réponse inepte des autorités pour faire face au carnage technologique et les pertes sur le front ainsi que l’humiliante retraite dans le nord de l’Ukraine devraient pouvoir faire comprendre à tous les russes qu’il est impossible de rester passif et qu’on ne peut être “neutre”. Tout le monde est responsable, quand bien même il n’a pas pris la décision initiale d’envahir.

  • Les élites doivent se fissurer. En effet, si le sommet du pouvoir commence à se diviser, les possibilités de chute libre du Gouvernement s’ouvrent à nous. Comme un château de cartes, tout s’effondrera. Les combats de chapelle vont amener à un sabotage de l’édifice poutinien dans son ensemble.

Une fois ces éléments en place, la Révolution pourra débuter. Et nous voyons déjà comment tout commence à aller dans cette direction. L’hiver sera rude. Et les changements seront brutaux. Deux scénarios sont possibles :


  • Soit les élites vont se rebeller contre le Pouvoir et cela amènera les gens à sortir dans la rue. (scénario du Putsch de 1991).

  • Soit les gens sortiront dans la rue ce qui amènera les élites à abandonner le pouvoir pour se sauver elles-mêmes. (scénario de Février 1917).


Peu importe le scénario, l’armée et les forces de l’ordre changeront de camp dès qu'ils verront où souffle le vent. Leur loyauté au régime est achetée. Mais l’argent ne leur garantira pas un avenir dans lequel leur “client” est destitué. Alors n’ayez pas peur, quand le contexte le permettra, les répressions ne pourront plus rien contre nous. Et je vous promets que si je le peux, je serais à vos côtés dans la rue et je ferai face aux fusils de la répression avec courage.


Alors ce qui est important pour nous, citoyens de la Nouvelle Russie qui est en train de naître, c’est de convaincre encore et encore nos compatriotes. Il faut qu’on soit prêts. Il faut qu’on ait un programme d’action, un modèle alternatif, une idéologie précise. Et il faut que chaque russe comprenne qu’il est temps pour lui de ne plus être un sujet de sa majesté, mais un citoyen de la République.


La Nation russe, c’est avant tout nous tous. Par nos actions de chaque jour, nous la représentons. Il nous faut donc être prêts à sortir, et à sortir en masse lorsque le moment sera venu. Si nous ratons ce rendez-vous, quelqu’un d’autre continuera à prendre nos décisions à nos places. C’est pour cela que comme je l’ai écrit dans mon appel à la Révolution (Pour une Nouvelle Russie : Appel à la Révolution (letribun.net)) il faudra sortir massivement.


Personne n’attend du peuple russe un miracle, surtout maintenant quand les répressions sont si violentes. Mais quand le contexte le permettra, chacun doit faire son devoir de citoyen, et libérer la Russie.


10 vues0 commentaire