Pour une Nouvelle Russie : Unité




La Russie et les Russes sont aujourd’hui divisés en deux camps. Ceux qui pensent que la Révolution est inévitable (j’en fait partie) et ceux qui pensent que celle-ci n’arrivera pas. Dans chacun de ses camps on peut trouver des soutiens de Poutine ainsi que ses opposants. Ainsi il est tout à fait possible d’entendre des personnes soutenant le régime actuel étant terrifiés à l’idée qu’une Révolution approche et veulent donc mettre tous leurs efforts pour éviter cela, tout comme on peut voir des opposants à Poutine baisser les bras et croire qu’une Révolution en Russie est impossible car le peuple russe a été zombifié.


Mais la vérité, c’est que personne ne sait ce qui va se passer. Ceux qui pensent que la Révolution va arriver peuvent avoir raison … tout comme ceux qui pensent qu’elle ne pourra jamais avoir lieu. L’avenir nous dira qui aura raison et à la fin, ce ne sera qu’une question de chance … ou presque. Car la chance, il faut savoir la sentir et l’aider. De fait, il faut mettre en œuvre tous nos efforts pour que le résultat soit celui que nous désirons. Il ne sert donc à rien de spéculer ou de décrire les événements. Il faut agir.


Et ne doutez pas que si nous agissons en vue d’obtenir notre Révolution, de l’autre côté, nos adversaires s’activent pour la défaire. C’est l’agrégat des actions de chacun, et leur intensité, qui déterminera quel camp gagnera. Il y aura des vainqueurs et des vaincus. Il y aura des chanceux et des malchanceux. Et personne ne sera intéressé par ceux qui seront restés sur le côté, à faire mine d’être non concernés.


Mais cet état des faits nous oblige à nous poser la question suivante : qui fait quoi exactement ? Depuis maintenant trois mois nous avons vu diverses actions menées par diverses personnes de tous bords. Nous avons vu des héros fondre dans le néant tout comme nous avons vu des gens changer de bord. Il existe aujourd’hui de nombreux mouvements d’opposition à Poutine, tous plus différents les uns des autres. Certains sont rattachés à l’équipe de Navalny, d'autres à la Légion Liberté de la Russie … Tous sont d'accord avec le constat que j’ai exposé dans les articles précédents : Poutine est un mal qui détruit le pays et nous avons besoin d’une Révolution.


Mais pourtant aucune unité n’a été atteinte, aucun programme n’a été proposé.


Il est d’ailleurs aberrant de voir que des personnes qui combattent pour le même objectif (la fin du règne de Poutine) se tirent dans les pieds les uns des autres. Nous sommes divisés et donc nous sommes inaudibles. Le camp de Poutine détient donc un avantage considérable sur nous : leur camp est uni. Bien sûr il s’agit d’un constat au moment t, et le camp de Poutine peut s'effondrer et se diviser à une vitesse ahurissante … Mais au moins Poutine a l’intelligence de maintenir un monolithe du pouvoir et une verticalité de l’autorité qui lui permet de tenir face aux assauts. Les efforts de l’opposition sont donc comme de l’eau qui s’abat sur des rochers. Certes, l’eau a pour effet de détruire le rocher avec le temps mais ce processus prend des millions d’années … Il faut donc changer d’approche. Notre vague doit devenir un torrent, et ce torrent doit s’apparenter à la foudre et non à la mer.


Pour ce faire, nous avons besoin d’unité.


Cette Unité doit être temporaire forcément. Une fois qu’un nouveau régime sera établi en Russie, le jeu normal des institutions et le vote démocratique devront trancher et décider de quel camp aura l’honneur de gouverner le pays et d’avoir la garde des libertés. Mais en attendant, il faut absolument que tous les opposants se réunissent autour d’un même groupe et d’un même projet. Les combats de paroisse doivent rester gelés. Les ambitions personnelles doivent s'effacer devant l’intérêt de la Patrie.


Ce qu’il nous faut, c’est un Gouvernement fantôme et un programme précis de sortie de crise et de reconstruction de la société.


Dire que le Gouvernement est corrompu et incapable ne fera jamais une Révolution. Le peuple sait qu’on lui ment, que le Gouvernement est composé de voleurs, que le pays est en crise. Mais il préférera toujours un Gouvernement stable au chaos. Ce qu’il faut lui proposer, c’est une alternative. Il faut lui expliquer qu’il peut vivre mieux et dans un pays respectable s’il arrête de subir et de tolérer alors qu’un autre choix lui est possible. C’est pour cela que Poutine a mis tant d'efforts ces dernières années pour empêcher l’émergence d’une alternative à son pouvoir. Il l’a fait pour que les gens soient terrifiés du néant que représenterait une Russie sans lui. Les russes n’ont vu dans l’opposition que des anarchistes destructeurs visant à détruire ce qui a été construit. Ils n’ont pas vu les idéaux nobles proposés par les libéraux, ni de programmes, ni de vision d’ensemble du futur.


Je comprends les réticences de l’opposition. Ils ne veulent pas se mouiller sur un programme en attendant l’instauration d’élections justes et libres. Mais malheureusement les Révolutions ne se passent pas après un vote démocratique mais avant celui-ci. Il faut donc avoir une structure et un programme avant la survenue d'événements révolutionnaires.


Il nous faut donc proposer un Gouvernement Provisoire tout de suite. Avec un candidat au poste de chef de l’Etat (et nous savons déjà qui a le plus d’autorité morale pour occuper ce poste), de possibles responsables politiques par département gouvernemental (comme l’ont toujours fait les Etats sous occupation et en exil) et avec un programme d’action pour résoudre la crise actuelle. Cette approche est quelque peu nouvelle mais elle a tout son sens au XXIème siècle. Il y a des millions de Russes à l’étranger et beaucoup de résistants russes en Russie qui se cachent. Ils adhèrent à une Nouvelle Russie et celle-ci doit avoir un visage, elle doit être représentée. Tout comme De Gaulle était le visage de la France éternelle entre 1940 et 1945, nous devons montrer un visage de la Russie éternelle et légitime. Nous devons donner espoir à tous les opposants en montrant que nous sommes là, qu’il y a une flamme autour de laquelle ils peuvent se réunir. Que la patrie existe là où nous sommes. La verticale Poutinienne aura alors son alter ego. Ce mouvement sera clef dans la lutte qui est encore à venir. Mais c’est une étape fondamentale si nous voulons réussir et non pas seulement nous morfondre de ne rien faire et de devoir seulement commenter.


Mais ce Gouvernement doit aussi proposer un pacte de légitimité. En effet, il ne pourra être légitime que s’il garantit le respect des droits de l’homme et s’il promet de quitter le pouvoir une fois la crise actuelle sera résolue et que des élections libres auront lieu. Mais ce Gouvernement doit aussi avoir le courage d’énoncer ces idées et son programme avant d’avoir le pouvoir. Aucun russe ne soutiendra des opposants qui se saisiraient d’un pouvoir sans savoir ce qu’ils comptent en faire. Il préféreront que le pouvoir demeure entre de mauvaises mains, tant que ces mains sont connues du public et ne présentent pas de surprise. Il faut donc ouvrir ses cartes et dire ce que l’on va faire.


Une alternative crédible existera alors. Et quand les sentiments et les opinions des russes vont commencer à changer, que la défiance commencera à monter contre Poutine, que les russes commencent à comprendre où nous en sommes réellement et où nous allons, ils pourront non seulement exprimer leur colère contre le pouvoir en place, mais ils pourront aussi soutenir un projet qui leur est disponible.


C’est pour cela que je compte publier dans les mois qui suivent le programme auquel un Gouvernement Provisoire devrait adhérer et les idéaux politiques qui doivent refonder l’Etat russe de demain. J’y ajouterai bien sûr une réflexion historique sur la logique de construction de l’Etat qui nous a amené au point où nous en sommes et pourquoi nous devons choisir une voie particulière pour éviter les mêmes erreurs.


12 vues0 commentaire