XXI : Post-Verité, ou la Victoire de l'Opinion sur la Réalité




Un des aspects les plus terrifiants de l’actualité, c’est le développement de ce qu’on appelle la “Post-Vérité”. Celle-ci peut être définie comme étant la victoire de l’opinion sur les faits, ou encore la délusion de masse.


Je suis persuadé que ce processus n’est qu’un autre fruit de l’individualisme et de l’égoïsme ambiant mais il n’empêche que si l’Humanité dans son ensemble ne renonce pas à cette folie, nous irons droit au mur.


Pour beaucoup aujourd’hui, le raisonnement n’est plus de savoir ce qu’est la réalité, mais ce qu’ils veulent que la réalité soit. C’est assez frappant car sont concernés des catégories de personnes très différentes. Et parfois une personne semble raisonner de manière tout à fait rationnelle sur un sujet, puis tout d’un cas partir dans un délire absolu sur un autre.


Comprenez-moi bien, je sais que l’Humanité a toujours été un peu comme ça. Que ce soit au Moyen-Âge ou à l'époque des Lumières, les humains ont toujours été prompts à se faire arnaquer parce qu’ils ont envie de croire que le monde est différent de ce qu’il est. Mais j’ai l’impression que c’est désormais quelque chose de revendiqué, assumé et même de favorisé.


Il me semble qu’il y a cent ans, quelqu’un qui n’avait pas d’éducation, ou de connaissances profondes sur un sujet était plus humble. Il avait certainement une opinion, et peut être que cette opinion était fausse, mais au moins cette personne avait "l'honnêteté" de dire “Qu’elle n’y connait rien”. Alors qu’aujourd’hui nous voyons des personnes sans qualification expliquer aux experts qu’ils ont tort parce qu’ils ont vu une vidéo sur internet qui validait leur peur ou leur envie.


Il est bien sûr possible de se pencher sur le mécanisme des théories de conspiration mais ce n’est pas le sujet. Le sujet de cet article c’est de dénoncer la “fierté de l’ignorance” et le “déni de réalité” si préjudiciable à la société.


Évidemment, quand je dis cela, je ne prône pas la création d’un Ministère de la Vérité comme dans 1984 de George Orwell. Mais il faut absolument que tout un chacun apprenne à douter de ce qu’il lit, surtout si ça lui plait. Le problème des mensonges n’est pas leur existence, c’est la rapidité à laquelle ils sont pris pour argent comptant.


Comme le disait Socrate dans “Protagoras”, “Le danger avec les idées, c’est qu’on ne peut s’assurer qu'elles ne sont pas dangereuses avant de les intégrer dans notre pensée”. A la différence de la nourriture qu’on peut cuisiner, ou s’assurer qu’elle n’est pas infectée, une idée entre tout de suite dans l’esprit.


Cela ne veut pas dire qu’il faut fermer son esprit à toute idée, bien au contraire. Cela veut seulement dire qu’il faut douter de tout. Surtout si c’est trop beau pour être vrai.


Comme beaucoup au début de cette pandémie, j’ai cru au Docteur Raoult. Il me semblait être quelqu’un de compétent et impartial, et j’aimais l’idée d’un médicament efficace contre la COVID 19 déjà disponible. Mais très vite je me suis mis à douter, non pas parce que je ne voulais pas qu’il ait raison, justement parce que je voulais qu’il ait raison. Et au final, ce n’était que charlatanerie.

Mais beaucoup continuent de l’idéaliser car il leur a donné de l’espoir et il est plus facile de croire pour eux que le monde n’est qu’une immense conspiration contre la vérité, plutôt que de réaliser que la réalité n’est pas aussi simple qu’un scénario de sauveur basique et anti-système.


Les exemples sont nombreux, l’élection américaine et le fanatisme des pro-Trump en est un très bon.


Mais le cœur du problème est le même : les gens sont fiers de croire à tout et n’importe quoi tant que ça les arrange. Ainsi, la vérité prend du recul face à l’opinion. Comme si la réalité était un immense sondage et qu’il suffisait de croire pour que cela soit. Comme si chaque personne était un Dieu qui créait sa propre réalité.


Ces choses-là n’amènent jamais rien de bon. Le fanatisme a toujours amené les guerres et les désastres. A la fin de ceux-ci, les survivants se rendaient toujours compte de tout ce qui avait été sacrifié pour une pure folie. Les Guerres de Religion, les Croisades, la Seconde Guerre Mondiale, tant de conflits et tant de désastres qui n’ont pu être évités parce que l’Humain est dupe …


Après ces événements traumatiques, l’Humain reprend son bon sens, il apprend sa leçon. Mais sa leçon ne dure qu’une génération … L’ironie est peut être qu’il faut le vivre pour le comprendre … Et aujourd’hui, la Grande Génération est presque totalement partie. Il ne reste désormais plus que les enfants, et les enfants des enfants de ceux qui ont compris.


Nous sommes à nouveau susceptibles de prendre le chemin de la folie car on refuse obstinément de regarder la vérité en face. La post-vérité est probablement la chose la plus terrifiante qui soit. Car elle ouvre la voie au fachisme, au déni, au Génocide, au déni climatique, à la Haine et à la régression.


La post-vérité est l’actualité désormais. Ce n’est plus une simple théorie. Et des hordes d’adultes infantilisés sont prêts à gober n'importe quoi tant que ça leur plaît pour éviter de devoir vivre de manière responsable.


C’est le prélude du désastre.


14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout